A la découverte du Rione VIII : Sant’Eustachio

261
Rione VIII Sant'Eustachio

Le rione Eustachio est le VIIIème rione des 22 que compte Rome, il s’étend tout en longueur entre Pigna et Parione. Il doit son nom au général romain Placidas. Lors d’une partie de chasse, ce descendant d’Ottaviano eut une apparition divine, un cerf qui avait une croix entre ses bois… La suite de cette histoire se trouvant dans notre article : Le cerf de Sant’Eustachio.

Historique du quartier
Rione VIII Sant'EustachioLe saint était très vénéré par les familles nobles romaines et la place Sant’Eustachio a longtemps été un lieu de célébrations en tout genre, notamment la Befana (l’épiphanie) jusqu’en 1872.

Beaucoup de monuments du quartier ont été édifiés sur les ruines d’importante constructions datant de l’Antiquité, citons notamment les termes de Néron sous la place Saint-Louis-des-Français ; les termes publics d’Agrippa dans la partie Nord de via Torre Argentina, les portiques du théâtre de Pompée dans la partie occidentale. Enfin derrière le Panthéon, la Basilique de Neptune construite par Agrippa et retouchée par Hadrien.

Le rione renferme un grand nombre de palais. Il faudra d’abord remarquer le palais Giustiniani datant du XVIème siècle uni par un passage au palais Madama, siège du Sénat. Le palais Carpegna est quant à lui relié au Sénat par une loggia et une arche ionique. Ensuite, le palais de la Sapienza (sagesse) et sa belle cour intérieure où se trouve l’entrée de l’église Sant’Ivo au clocher en forme hélicoïdale.
Citons aussi le palais Patrizi sur la place Saint-Louis-des-Français, le palais Rondanini-Aldobrandini et enfin le palazzetto Baldassini via delle Coppelle érigé en 1520 par Antonio Sangallo et où se situe l’Institut don Luigi Sturzo, un organisme moral spécialisé dans la recherche et la conservation en histoire et en sciences sociales. Le palais fut habité par Garibaldi.
Il ne faut pas omettre de visiter l’église Saint-Louis-des-Français voulue par le Cardinal Giulio De’ Medici et dont la construction fut achevée par l’architecte Domenico Fontana en 1588. Trois célèbres œuvres du Caravage y sont conservées. Trois autres édifices sacrés méritent d’être mentionnés : l’église Sant’Agostino qui renferme elle aussi une peinture du Caravage et une de Raphaël, l’église Sant’Andra della Valle dont le clocher est dans le ciel de Rome le second en dimension après celui de Saint Pierre et arrive en troisième position celui de l’église San Carlo ai Catinari sur la place Cairoli.

L’immeuble qui renfermait autrefois le couvent des Augustins Via dei Portoghesi accueille aujourd’hui le siège des Avocats de droit public. À côté, on se laisse surprendre par l’immeuble à la tour du Singe, au sommet de laquelle pointent une statue de la vierge et une lanterne.

Place Sant’Agostino se trouve la bibliothèque Angelica ouverte au public depuis le XVIème siècle et qui contient près de 200 000 volumes et documents. Le théâtre Valle dans la rue homonyme fut cédé par les Capranica à la famille Valle avant qu’il ne soit vendu en 1968. Il est aujourd’hui occupé par des artistes de la scène romaine qui cherchent à lui donner une seconde vie underground après qu’il ait vu jouer sur ses planches Eleonora Duse et Sarah Bernhardt. L’autre salle de spectacle importante du rione est le théâtre Argentina. Commandité par le Duc Giuseppe Sforza Cesarini, il est édifié en 1731. En 1869, il est acheté à la famille Torlonia par la municipalité de Rome, la qualité du répertoire proposé en fait un des théâtres les plus prestigieux de la ville.

Notons aussi la Casa del Burcardo (Burkardt en allemand) au numéro 44 de la via del Sudario, où l’on trouve la bibliothèque et le Musée théâtral de la société italienne auteurs et éditeurs, des marionnettes anciennes et masques de la Commedia dell’arte.

CTA Hotel B&B Quartier

CTA Restaurant Quartier

Le rione Sant’Eustachio aujourd’hui…
Par son emplacement stratégique Sant’Eustachio est une zone incontournable qui donne satisfaction tant aux voyageurs de passage qu’aux Romains pour la qualité des enseignes de magasins historiques, les bonnes tables de cuisine traditionnelle ou nouvelle, des cafés parmi les meilleurs de Rome, sans compter l’offre culturelle, grâce aux théâtres déjà cités mais aussi aux galeries d’art de renom.