A la découverte du Rione X : Campitello

167
Rione X Campitello

Le rione Campitello englobe des monuments retraçant tout ce que l’histoire de Rome a pu connaître de l’Antiquité jusqu’à Michel-Ange. Il incarne aussi de célébrissimes moments symboliques comme la signature du Traité de Rome en 1957 sur la place même du Capitole. Campitello pourrait dériver de capitolium ou de chapiteaux compte-tenu des nombreux portiques que comptait cette zone ou encore du mot « champ », aspect que le quartier avait après la destruction des nombreux édifices antiques sur le Forum.

Rione X CampitelloHistorique du quartier
Campitello renferme le Forum romain qui a vu au fil des siècles se succéder en son sein des constructions de cultes orientaux ou chrétiens, des maisons privées, des édifices publics comme la curie, les tribunaux. Parmi les plus spectaculaires d’entre eux partiellement conservés citons l’arc de Titus, le temple de Vénus, la maison des Vestales, l’arc de Constantin.

Sur la place Aracœli, au pied des escaliers de l’église homonyme se tenait Moyen Âge un marché entendu comme lieu de ventes mais aussi et surtout lieu de débats politiques souvent houleux et tribune des prédicateurs qui opéraient pour maintenir les citoyens dans la morale chrétienne. Les familles aristocratiques se disputaient l’autorité publique représentée du point de vue urbanistique par l’édification de tours et portiques qui ont été pour la plupart abattus à partir du quinzième siècle au nom de la centralité du pouvoir dans les mains des papes.

Des artistes de renoms habitaient au pied du Capitole, citons Giulio Romano, le plus doué des élèves de Raphaël, et Michel-Ange. Ce dernier est en grande partie l’auteur du dessin de la place du Capitole qui renferme le Palazzo Senatorio (la Mairie de Rome), le Palazzo dei Conservatori et le Palazzo Nuovo qui forment à eux deux les Musées du Capitole.

L’édification de l’autel de la Patrie appelé aussi péjorativement « Machine à écrire » a porté inévitablement à la destruction de rues entières. L’imposant monument renferme la tombe du soldat inconnu et le musée du Risorgimento, mouvement qui a porté à l’unité de l’Italie. Le complexe du Vittoriano est aussi un lieu d’importantes expositions temporaires. Du haut de sa terrasse on peut profiter de l’un des plus beaux panoramas de Rome.

De nombreux Romains savent que le tracé de via dei Fori Imperiali et de via del Teatro Marcello ont vu le jour sous l’ère fasciste gourmande de grandes interventions urbanistiques. En résumé, Campitello est indéniablement le quartier des Pères de la Patrie : Romulus sur le Palatin, Auguste et beaucoup d’autres empereurs sur le Forum, Victor Emmanuel II piazza Venezia sans compter les Saint patrons, Saints Pierre et Paul, Sainte Françoise Romaine, Saint Sébastien protecteur de Rome.

La place Margana est sans doute l’une des plus suggestives de Rome, qui sert souvent comme arrière fond de films ou séries télévisées comme Trust de Danny Boyle.

Quelques églises méritent aussi d’être visitées notamment l’église San Giuseppe dei Falegnami, construite sur l’ancienne prison Tullianum où est mort Vercingétorix. Notons aussi l’église des Saints Cosme et Damien bâtie sur les ruines des édifices les plus anciens de Rome. L’église Sainte Marie Nouvelle est quant à elle dédiée à la Vierge et à la Sainte protectrice de Rome, Sainte Françoise Romaine. Valent un petit détour les églises Saint Sébastien et Saint Bonaventure dont le chemin d’accès constitue un véritable havre de paix au-dessus du Colisée, surplombant le Forum et le Palatin. Le couvent Saint Bonaventure renferme à son sommet l’atelier de l’artiste et moine frère Sidival Fila.

CTA Hotel B&B Quartier

CTA Restaurant Quartier

 
Le
rione Campitello aujourd’hui…
Ce rione est indéniablement le plus central et le plus fascinant de la Ville éternelle. En conséquence, le flux de touristes ne diminue presque jamais sur l’ensemble de son périmètre. Sur les Forum impériaux vous serez aux premières loges des fêtes immanquables, laïques et religieuses, qui ponctuent le calendrier des Romains, du Nouvel an à la fête de la République le 2 juin, sans manquer le Carnaval et la via Crucis à Pâques.