A la découverte du rione XI : Sant’Angelo

124

Dans l’Antiquité la partie la plus au sud, aux alentours du Tibre, était intégrée dans le Cirque Flaminius et l’autre côté appartenait au Champ de Mars. Si dans sa première délimitation officielle Sant’Angelo était l’un des rioni les plus exigus, il a aussi longtemps été la zone la plus densément peuplée de Rome.

 

Rione XI Sant'AngeloHistorique du quartier
Le rione Sant’Angelo est jonché d’un nombre important de constructions romaines plus ou moins bien conservées. La plus emblématique d’entre elles est incontestablement le Théâtre de Marcellus, habitation et forteresse des familles Savelli et Orsini. Ce monument constitue de nos jours un rare exemple d’habitation incorporée dans un édifice antique. Il avait une hauteur de 32 mètres, un diamètre de 129,80 et comptait 15 000 places assises. Tout proche se dresse le portique d’Octavie bâti par Auguste pour sa sœur, les spectateurs l’utilisaient durant l’entracte comme lieu de promenade. Il mesurait originellement 119 mètres de long et 132 de large et fut intégré vers 755 à l’église Sant’Angelo Pescheria. Sur le parvis de cette dernière, et sur quelques mètres encore, se tenait le plus grand marché aux poissons de Rome. L’emblème d’une des versions du blason du rione représente un ange tenant une balance qui n’est rien d’autre qu’une référence au prix du poisson qui était fixé chaque jour.

Les « Botteghe oscure », qui donnent leur nom à la rue, appartenaient à la Crypta Balbi et formaient un lieu couvert pouvant abriter les spectateurs du théâtre adjacent, construit au 13 av. J.C par Lucius Cornelius Balbus. L’ensemble constitue à présent un musée qui retrace l’histoire du quartier, on découvre par exemple qu’au Moyen Âge les boutiques obscures servaient d’échoppes aux artisans travaillant les cordes entre autres.

La communauté hébraïque de Rome est la plus ancienne d’Europe. Concentrée au Trastevere, elle s’installe ensuite au-delà du Tibre et par la suite en 1556 jusqu’en 1870 il est institué un véritable ghetto. La place Cinque Scole fait références au cinq écoles hébraïques qui se différenciaient les unes des autres selon la provenance géographique de la communauté et le rite suivi par celle-ci. Non loin de là, sur le quai du Tibre, la synagogue se distingue avec sa belle allure Belle époque et sa coupole polygonale.

Parmi les palais aristocratiques du quartier notons en particulier celui de la famille des Santacroce et ce qui reste de sa tour. Le palazzo Costaguti quant à lui, renferme des œuvres d’artistes de talent et l’une de ses façades donne sur la charmante place de la Fontaine aux tortues. Enfin, la dénommée « île des Mattei » regroupe plusieurs palais de la famille homonyme, la partie habitée appartient aujourd’hui à la famille Caetani. Les autres ailes des différents édifices accueillent des instituts culturels. Le salon du palais Lovatelli sur la place du même nom accueillit toute l’intelligentzia romaine et européenne du XIX siècle, D’Annunzio, Zola, Renan… Enfin, la tour et la maison des Margani arborent des ruines romaines sur leurs façades et la place adjacente séduit le visiteur par son charme pittoresque.

CTA Hotel B&B Quartier

CTA Restaurant Quartier

 
Le rione Sant’Angelo aujourd’hui…

Les Romains aiment se rendre dans le ghetto pour de multiples raisons, notamment les restaurants et pâtisseries de tradition juive. Il est vrai que Sant’Angelo a perdu au fil des années de son authenticité mais il est encore possible d’y trouver des petits trésors comme des articles de mercerie qui feront rêver les as du tricot ou de la haute couture. On y va pour flâner, pour goûter à un concentré de tranquillité à l’abri du chaos du Largo Argentina.