Accoucher autrement

0
171
Femme enceinte

Etre enceinte loin de chez soi est une expérience. A la nouveauté que chaque grossesse apporte, s’ajoute le besoin de se familiariser avec son nouvel environnement et la culture sociale / médicale du pays où l’on réside. C’est tout un monde à explorer !

Dans sa rubrique dédiée : Jeune maman à Rome, Rome Pratique vous apporte quelques pistes pour vous repérer dans les options qui s’offrent à vous en tant que future ou jeune maman dans la capitale italienne. Et aujourd’hui, je voudrais vous parler des maisons de naissance. Kesako ? Petit tour de la question et des options romaines !

Une alternative à la maternité en milieu hospitalier : les maisons de naissance
Votre première option sera d’accoucher à la maternité. A Rome, les hôpitaux et les cliniques sont nombreux, et vous en aurez sûrement un près de chez vous. Comme en France, les maternités sont classées selon trois « niveaux », qui dépendent de la présence ou non au sein du même bâtiment d’un service de réanimation néonatale. Chaque maternité a ses propres protocoles d’accueil des patientes : possibilité d’utiliser la baignoire, péridurale disponible (moins automatiquement proposée qu’en France), possibilité de garder son bébé avec soi la nuit (« rooming in »)… N’hésitez pas à vous renseigner et à rencontrer le personnel médical en amont avec vos questions.

Cependant, depuis quelques années, les femmes cherchent à se réapproprier leur accouchement et à mettre au monde leurs enfants dans un environnement moins médicalisé, mais qui leur assure néanmoins de la sécurité et du soutien pour cette naissance physiologique. Les maisons de naissance sont nées de ce constat. Certains pays européens sont à l’avant-garde, comme la Suisse, l’Allemagne ou le Royaume-Uni.

En France et en Italie, leur mise en place est plus récente. En France, elles ont été autorisées à titre d’expérimentation par la loi du 6 décembre 2013. Le décret du 30 juillet 2015 a entériné l’ouverture de 9 structures sur le territoire français. Les maisons de naissance françaises ont pour particularité d’être obligatoirement créées à l’intérieur de l’enceinte d’un l’hôpital.

En Italie, les lois de santé publique sont en partie définies au niveau régional. L’adoption du décret du 23 décembre 2016 par la région a rendu possible l’ouverture des maisons de naissance. La région Lazio en compte deux pour l’instant, qui viennent s’ajouter aux quatre maisons existantes sur le territoire italien.

Comment fonctionnent-elles et qui peut accoucher en maison de naissance ?
Le décret du 23 décembre 2016 précise les modalités du suivi proposé aux femmes et les conditions de création des maisons de naissance.  La maison de naissance est par définition gérée par les sages-femmes. Elle peut être crée soit au sein de l’hôpital (Centro Nascita) soit autonome (Casa Maternità), et dans ce cas situé à moins de 30 minutes d’une unité hospitalière de réanimation  néonatale. La sage-femme qui suit un accouchement doit avoir des compétences strictement définies par le décret et avoir réalisé au moins 20 accouchements physiologiques par an.

Au-delà d’être un lieu d’accueil pour un accouchement physiologique, la maison de naissance met au cœur de son activité le suivi humain et personnalisé, tout au long de la grossesse et après la naissance. Chaque femme est suivie par une sage-femme de référence le temps de sa grossesse, qui sera présente le jour de son accouchement, aidée par une deuxième sage-femme. Les maisons de naissance proposent aussi des cours de préparation à la naissance, des rencontres autour de l’allaitement et des activités mamans/papas/bébés ou encore des activités de bien-être pendant la grossesse. C’est également un lieu d’échange entre parents.

Toutes les femmes ne peuvent pas accoucher en maisons de naissance. Certaines conditions doivent être réunies : pas de grossesse gémellaire, pas de pathologie de la grossesse ou de l’enfant à naître, travail spontané et bonne position physiologique. Le choix d’accoucher en maison de naissance doit se faire avant la 32ème semaine de grossesse et la région Lazio rembourse une partie des frais. N’hésitez pas à aller à leur rencontre pour vous renseigner sur votre situation personnelle !

La Casa Zoé et la Casa Gea : deux maisons de naissance à Rome

Zoe Casa Maternita logoLa Casa Maternità Zoé
Association fondée en janvier 2016, elle est devenue une maison de naissance en janvier 2017, à la suite de la publication du décret. Elle a été fondée par trois sages-femmes, qui collaborent avec un pédiatre et un ostéopathe.

Elle propose trois chambres d’accouchement physiologique et une baignoire (possible accouchement dans l’eau). Trois mamans y ont déjà accouché depuis janvier 2017 !

La Casa Zoé propose également le suivi de grossesse complet, des activités de bien-être et des rencontres thématiques. Vous pourrez parler anglais et même un peu de français !

Adresse :
Via Carlo Zucchi, 30
00165 Roma

Contact : www.casamaternitaroma.it

Gea Casa Maternita logoLa Casa Maternità Gea
La Casa Gea a été inaugurée le 2 avril 2017. Elle a été fondée par cinq sages-femmes : Gabriella, Patrizia, Giulia, Karin et Marta. Elles collaborent toutes avec d’autres associations du territoire romain, afin de tisser un réseau.

La Casa Gea offre deux chambres d’accouchement physiologique et une baignoire (possible accouchement dans l’eau). Il est aussi possible pour les parents de rester un ou deux jours si ils le souhaitent après l’accouchement.

La Casa Gea propose également le suivi de grossesse complet, des activités de bien-être et des rencontres thématiques. Vous pourrez parler français et anglais.

Adresse :
Via Carlo Emilio Gadda 179/D
00143 Rome

Contact : facebook.com/GeaCasaMaternita

Quel que soit le choix que vous ferez, l’important sera de vous sentir bien, en sécurité, accueillie et respectée, pour mettre au monde votre petit bout de chou !

A propos de l’auteur :
Clémence s’est installée à Rome en 2015. Elle est Doula (accompagnante à la naissance) et passionnée par la grossesse et la maternité, ces grands bouleversements dans la vie d’une femme.
Pour en savoir plus sur Clémence et son activité de Doula.

Les autres articles de Clémence

LAISSER UN COMMENTAIRE