Gourmandises d’hiver : les délices de Carnaval

    5061

    Les saisons passent et ne se ressemblent pas, surtout quand il s’agit de pâtisserie ! Le paysage de la gastronomie italienne est marqué par des spécialités pâtissières de saison.

    Noël a son panetoneson pandoro et son pangiallo, Pâques aura sa colombe, la période du Carnaval est aussi l’occasion de préparer des spécialités ! Et là aussi, les plaisirs varient selon les régions. Pour la période qui commence à l’Epiphanie et se termine le jour de mardi gras (40 jour avant Pâques, puisque le mercredi des Cendres débute le Carême), voilà ce que nous propose la tradition italienne.

    Le point commun de ces pâtisseries, dans toutes les régions d’Italie, c’est qu’elles sont le plus souvent frites. Il faut dire qu’autrefois, en cette période, on mangeait traditionnellement gras avant d’entamer le Carême !

    Modernité oblige, le Carême ne se pratiquant presque plus, les pâtisseries de Carnaval ont toujours du succès mais on les préfèrera quand elles réussissent à allier goût et légèreté.

    Nous en avons retenu deux qu’il vous faut absolument connaître :

    Les frappe et les castagnole.

    Les frappe se mangent à Rome, elles sont frites ou au four. Elles sont très proches des oreillettes, merveilles, bugnes et autres bougnettes que l’on trouve en France. Ailleurs elles s’appellent chiacchiere ( « potins », en Campanie, Sicile et Ombrie), ceci (en Toscane), bugie (Ligurie), gale (dans le Piémont), galani (dans le Vénéto), crostoli (dans le Frioule), sfrappe (dans les Marches), sfrappole (dans la région de Bologne), meraviglias (en Sardaigne) ou fiocchetti (en Romagne). Elles sont le plus souvent couvertes de sucre semoule, mais on les mange également avec du chocolat, du miel ou à l’Alkermès (liqueur aux plantes).

    On les aime croquantes et goûteuses. La recette en est simple, et comme pour toutes ces douceurs, c’est surtout de patience dont il faut s’armer pour étaler la pâte, découper et frire. Vous pouvez les faire vous-même avec :

    • 200g de farine
    • 1 cuillère de sucre
    • 2 oeufs
    • 40g de beurre
    • 1 citron
    • de l’huile de friture
    • du sel
    • du sucre glace

    Avec la farine, le beurre, les oeufs, le sucre, une pincée de sel et l’écorce de citron râpée, confectionnez une pâte lisse et homogène. Formez une boule de pâte, que vous laisserez reposer au frais pendant 30 minutes. Etalez ensuite la pâte pour obtenir une épaisseur régulière de 3-4 mm. Taillez des bandes de 4-5 cm de large avec une roue dentelée. Tournez-les en tresses. Plongez-les dans l’huile d’arachide bouillante (ou au four à 200° pendant 10 minutes), jusqu’à ce qu’elles soient colorées. Les recouvrir de sucre glace (www.ricettedellanonna.net).

    Les castagnole

    Elles datent de l’Antiquité : on offrait en l’honneur du dieu Bacchus des boulettes frites. Elles sont apparentées à nos beignets. On les mange natures ou garnies de chocolat, de rhum, ou fourrées à la crème ou à la ricotta.

    castagnole-di-carnevale

    Pour réaliser une quarantaine de palline natures, vous avez besoin de :

    • 370 g de farine
    • 80 g de sucre
    • 3 oeufs
    • 60 g de beurre
    • 1 cuillère à café de levure vanillée
    • l’écorce d’un citron râpé
    • du sucre glace
    • du sel
    • de l’huile de friture
     
    Dans un récipient, mélangez le beurre ramolli avec le sucre, les oeufs (incorporez-les un à un en mélangeant bien entre chaque oeuf), puis l’écorce de citron, une pincée de sel, la farine et pour finir la levure. Formez avec la main des petites boules que vous plongez dans l’huile de friture bouillante, jusqu’à ce qu’elles soient dorées. Les déposer sur un papier absorbant pour absorber l’huile. Et les saupoudrer de sucre glace.
     
    Les supermarchés aussi vous proposent ces gourmandises, mais si vous voulez vous régaler, rendez-vous dans un forno ou dans une pâtisserie traditionnelle où vous trouverez un large choix de variétés. Sont réputées les frappe frites des Cinque Lune sur le Corso Rinascimento (à côté de la Piazza Navona), de Mondi (Via Flaminia Vecchia 468, du côté du Ponte Milvio), les frappe et castagnole de Roscioli (via dei Chiavari, 34, près du Campo dei Fiori), ceux de la Pasticceria Belli à Garbatella (via Filippi 14), de Farinando à Testaccio (Via Luca della Robbia 30). Vous trouverez même une Boutique della frappa, Chez Simona (Viale delle Repubbliche Marinare 50, sur le Lido d’Ostia).
     
    Régalez-vous !