Aphorisme romain

100

Je n’ai pas peur de l’ennemi qui m’attaque, mais plutôt du faux ami qui me prend dans ses bras.

Nun ho paura der nemico che m’attacca, ma der farso amico che m’abbraccia.