L’horloge romaine et son cadran à 6 heures

313
Horloge à la romaine

A deux pas du Vatican et de la Via della Conciliazione, se cache une horloge pour le moins particulière puisqu’elle a un cadran marquant seulement six heures…

cadran 6 heuresC’est en effet au numéro 3 du Borgo Santo Spirito, dans la cour du Palazzo del Commendatore – qui fut le siège de de la présidence du Santo Spirito (Saint-Esprit) – que vous pourrez voir sur le toit, face à l’entrée, une horloge baroque possédant un cadran à la romaine, divisé en six parties.

Cette horloge date de 1828 et elle est un peu abimée mais les plus observateurs se concentreront sur son cadran. Outre le fait qu’il soit divisé en six heures (comme on peut le voir sur d’autres horloges à Rome) celui-ci est entouré d’un serpent qui se mord la queue et ne possède qu’une seule aiguille en forme de lézard.

Un peu d’histoire
Les Grecs et les Romains divisaient la journée en deux parties égales de 12 heures. Selon les saisons, le jour était plus long que la nuit et vice versa, la durée des heures variant donc en conséquences.

A la fin du XIIIème siècle, les horloges mécaniques apparurent en Europe et à la fin du XIVème siècle, la plupart des villes ont abandonné l’heure solaire et se sont calé sur des journées commençant au crépuscule et divisées en 24 heures, les cloches des églises sonnant 24 fois par jour.

A partir du XVème siècle, le système fut simplifié afin que les cloches ne sonnent que 6 fois par jour et cette simplification se répercuta sur les cadrans, numérotés de 1 à 6.
Rome fonctionnait ainsi à l’heure italienne, le temps se mesurant selon le rythme de la vie. La journée commençait au lever de soleil. A l’aube, il était temps d’aller travailler. Quand le soleil était à son zénith, c’était l’heure de déjeuner. Au crépuscule, tout le monde rentrait chez soi. Et au coucher de soleil, les cloches sonnaient à nouveau.

Pendant la courte période de la République romaine de 1798 à 1799, les horloges s’alignèrent à nouveau sur le système utilisé par le reste de l’Europe d’une journée commençant à minuit et divisée en 24 heures.

C’est seulement au milieu du XIXème siècle que le pape Pie IX va finalement réussir à imposer une division moderne du temps.

PARTAGER
Article précédentLe canon du Janicule