La Basilique Saint-Pierre

417
Basilique Saint-Pierre

Il est commun d’user de superlatifs pour parler de la Basilique Saint-Pierre. Elle est sans conteste la plus grandiose, la plus spectaculaire église de la Chrétienté. Elle est aussi la seconde plus grande église du monde en termes de superficie avec un total de plus de 15000 mètres carrés (la première étant la Basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro).

Ses origines
L’histoire de la Basilique Saint-Pierre commence à l’Antiquité, lors des persécutions des premiers chrétiens sous l’empereur Néron. L’apôtre Pierre, considéré comme le premier Pape de l’Histoire, est crucifié la tête en bas dans la seconde moitié du Ier siècle. Il aurait ensuite été enterré sur les lieux de l’actuelle basilique.
Sous l’empereur Constantin, premier empereur chrétien de l’Empire, une basilique y est construite, en hommage au saint. Elle devient au Moyen-Âge un important lieu de pèlerinage. Des pèlerins affluent du monde occidental pour se recueillir devant l’autel de la “Confession de Saint-Pierre” dont une fenêtre permet aux croyants de voir les reliques du saint.
En 848, les Sarrasins, nom donné au Moyen-Âge aux tribus musulmanes, pillent les environs de Rome et s’en prennent à la Basilique de Constantin. Ils ne peuvent cependant pas pénétrer dans Rome, défendue par le mur d’Aurélien. Le pape Léon IV décide alors de protéger le lieu saint par le mur léonin, inauguré en 852. Il n’est cependant pas suffisant pour empêcher le pillage par les Normands au 11ème siècle, qui abîment fortement l’édifice qui tombe petit à petit en ruines.

La Renaissance
Le pape à l’initiative de la construction de la basilique actuelle est Jules II, pape bâtisseur et mécène. Un concours d’architectes est lancé pour l’occasion et est remporté par le projet de Bramante. La première pierre est posée le 18 avril 1506. S’ensuit un chantier de 120 ans pendant lesquels de nombreux artistes et architectes se succèdent. La Basilique est consacrée et donc officiellement terminée le 18 novembre 1626.
La construction de la Basilique joue un rôle déterminant dans la naissance du protestantisme. Afin de financer ce projet, Jules II et son successeur Léon X ont recours au commerce des indulgences (achat de la rémission des péchés), ce qui provoque de violentes critiques, dont celles de Martin Luther et Calvin, à l’origine du schisme protestant, qui s’en servent comme exemple pour dénoncer les dérives du catholicisme.

Pieta Michel-AngeUn des architectes déterminant dans la construction de la Basilique Saint-Pierre est Michel-Ange. On lui doit notamment le dôme, qui devait rivaliser avec celui construit par Brunelleschi à Florence. Il s’élève à 136 mètres.
Michel-Ange a aussi sculpté la Pietà, achevée en 1499. La sculpture en marbre représente Marie tenant dans ses bras le Christ mort. Elle fait partie des plus importantes œuvres d’art mondiales.

Depuis 1972, une vitre blindée protège la Pietà, victime d’une attaque au marteau d’un déséquilibré cette même année. L’accident a cependant permis de révéler le monogramme de Michel-Ange, un M, caché pendant 500 ans sur la main de la Vierge.

Baldaquin BerninL’autre chef-d’oeuvre de la Basilique Saint-Pierre est le baldaquin du Bernin, réalisé en bronze doré à partir du bronze coulé du portique du Panthéon sous les ordres du pape Urbain VIII. Cela fut considéré comme un “crime de lèse-antiquité” et fit naître la maxime suivante (Urbain VIII appartenant à la famille Barberini) : “ce que les barbares n’ont pas fait, les Barberini l’ont fait”.
Pour l’Église Catholique, le baldaquin est situé au-dessus de la tombe de Saint-Pierre même si aucune preuve scientifique n’a officiellement permis d’identifier les restes du saint.

Place Saint-PierreL’aménagement de la place Saint-Pierre est due au Bernin, entre 1656 et 1667. L’artiste imagine une forme elliptique délimitée par deux colonnades en demi-cercle. Tout semble fait pour accompagner les fidèles vers la basilique. Cet effet avec les colonnades se resserrant en direction de la basilique est intentionnel car Le Bernin veut représenter “les bras maternels de l’Église”.

La Basilique Saint-Pierre aujourd’hui
Bien qu’elle soit détrônée par la Basilique de Yamoussoukro en termes de taille, la Basilique Saint-Pierre reste l’une des églises les plus importantes de la chrétienté. Elle fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1984 (qui englobe l’ensemble de la Cité du Vatican).
A noter que l’église officielle de Rome, siège de l’évêque, se trouve à Saint-Jean de Latran. Elle fait partie des quatre églises majeures de Rome avec Saint-Jean de Latran, Sainte-Marie-Majeure et Saint-Paul-hors-les-Murs.
Elle a une capacité d’accueil de 60 000 personnes, et est particulièrement pleine lors des célébrations religieuses telles que Noël, Pâques, etc.

On peut la visiter gratuitement tous les jours de l’année. Pour avoir des explications, vous pouvez intégrer une visite guidée ou prendre un audio-guide à l’entrée.

Plusieurs autres lieux associés à la basilique sont visitables, notamment la coupole, ce qui vous permet d’avoir une vue admirable sur l’intérieur de la Basilique, les toits du Vatican et la Ville Éternelle. L’entrée se fait à la gauche de la basilique (donc à droite quand on la regarde). Il est possible de monter à pieds ou en ascenseur.
Le Trésor se visite aussi, il rassemble des objets précieux, souvent offerts par des princes ou des papes.