La fontaine de Trevi

704
Fontaine de Trevi

La fontaine de Trevi (fontana di Trevi) est la plus grande et surement la plus célèbre fontaine de Rome grâce au film de La Dolce Vita de Fellini qui l’a ancrée dans l’imaginaire collectif.

Chaque année, des millions de visiteurs se pressent dans le rione de Trevi pour la découvrir sur la Piazza di Trevi, adossée au palais Poli.

Histoire
L’histoire de la fontaine s’enchevêtre avec celle de la ville de Rome car elle se trouve au terminus de l’aqueduc de l’Acqua Vergine (« Eau vierge ») construit par Agrippa en l’an 19 servant à alimenter les thermes proches du Panthéon, les premiers ouverts à un usage public. Selon la légende, le nom de cet aqueduc vient d’une fillette, qui aurait indiqué à des soldats assoiffés l’emplacement de la source.

Endommagé par les Goths en 537, l’aqueduc fut restauré pour la première fois en 790, puis en 1453 à la demande de Nicolas V qui fit installer une nouvelle fontaine. Celle-ci fut importante pour la ville qui s’habitua à disposer à nouveau d’eau de source après avoir utilisé l’eau du Tibre pendant des siècles.

En 1640, sous Urbain VIII Barberini, un projet confié à Gian Lorenzo Bernini (Le Bernin) fut lancé. Il commença par construire deux bassins semi-circulaires concentriques, contre un mur de projection concave devant accueillir des statues.
Mais ce projet n’ira finalement pas à son terme. Les travaux furent interrompus à cause des frais de guerre engagés par la papauté et en 1644, avec le nouveau Pape Innocent X Pamphilj, le projet du Bernin tomba définitivement aux oubliettes.

Le projet demeura en suspens et c’est au début du XVIIIème siècle que la fontaine de Trevi devint un thème obligatoire pour de nombreux architectes, italiens et étrangers, résidant ou passant par Rome.

En 1726, l’aqueduc de l’Aqua Vergine est à nouveau restauré.

Le palais Poli, adossé à la fontaine est reconstruit à partir de 1728.

C’est en 1731 que Clément XII Corsini relança le projet en organisant un concours pour réaliser une grande œuvre aquatique auquel de nombreux artistes participèrent. Nicola Salvi le remporta en septembre 1732, en partie car son projet était le moins cher.

La construction de la fontaine reprend donc en 1732. Salvi s’inspira de l’idée du pape Urbain VIII et du Bernin, de raconter, à travers cette ensemble sculpté (mêlant des influences baroques à une nouvelle mode du classicisme), l’histoire de l’Aqua Virgine.

La fontaine fut inaugurée une première fois en 1735 par Clément XII alors qu’elle était encore en construction.
Les travaux furent à nouveau interrompus entre 1740 et 1742 soit à cause des querelles entre Salvi et Giovanni Battista Maini, le sculpteur ou en raison d’un coût plus élevé.

La fontaine fut inaugurée une deuxième fois en 1744 par Benoît XIV, la première phase des travaux (statues et faux rochers) se terminant en 1747.

Nicola Salvi meurt en 1751 et Maini un an plus tard. C’est Giuseppe Pannini (architecte de l’aqueduc de l’Aqua Vergine) qui prit la suite mais celui-ci fut renvoyé à cause de ses modifications (les trois petits bassins sous le char) par rapport à l’original.

En 1759, la tâche est confiée au sculpteur Pietro Bracci, secondé par son fils Virginio.

La fontaine est achevée sous le Pape Clément XIII Rezzonico. La troisième et dernière inauguration aura donc lieu le 22 mai 1762, après trente ans de construction.

La fontaine
Centre fontaine TreviLa fontaine se trouve contre le Palais Poli et elle est abaissée par rapport au sol en raison du niveau bas de l’aqueduc de l’Acqua Vergine.

La composition de cet ensemble monumental (20 mètres de larges sur 26 mètres de haut) dont le thème est la mer est dominée dans la partie inférieure par une falaise rocheuse de travertin sculptée de plantes et d’animaux, au milieu des divers courants d’eau.

Au centre, une grande niche encadrée de colonnes, abrite le dieu de l’Océan (Neptune, sculpture de Pietro Bracci) conduisant un char en forme d’un coquillage tiré par deux chevaux marins ailés eux-mêmes précédés par des tritons. L’un des chevaux est calme (droite) tandis que l’autre semble plus agité afin de symboliser les deux attitudes que peut nous offrir l’océan.

La grande niche centrale est encadrée par deux niches latérales plus petites occupées par deux sculptures en marbre de Filippo della Valle. A droite, la statue de la Salubrité et à gauche celle de la Prospérité, allusion aux effets d’une eau pure.

Ces deux niches sont elles-mêmes surmontées de deux panneaux en bas-relief représentant à gauche, Agrippa et à droite, la jeune fille indiquant l’emplacement de la source aux soldats.

Les quatre grandes colonnes corinthiennes supportent un panneau sur lequel est gravé la grande inscription inaugurale et qui est orné par quatre petites statues allégoriques. De gauche à droite, l’abondance de fruits, la fertilité des champs, la richesse d’automne et l’aménagement des jardins.

Enfin, une balustrade et le blason des armes du pape Clément XII soutenu par deux angelots couronnent l’ensemble.

La légende, devenue coutume, veut que dos tourné à la fontaine, on jette une pièce de monnaie avec le bras droit et au dessus de l’épaule gauche avant de quitter la ville Eternelle, celui faisant ce geste étant assuré de revenir à Rome afin de retrouver cette pièce.

Cette légende serait née du film La Fontaine aux Amours (Three coins in the Fountain, 1954) dans lequel, il est précisé que si vous jetez :
– une pièce : vous reviendrez à Rome
– deux pièces : vous trouverez l’amour auprès d’un ou d’une italienne
– trois pièces : vous vous marierez avec la personne que vous avez connue

La monnaie de la fontaine est collectée chaque matin avant l’arrivée des touristes par les autorités. Il est ainsi récolté près de 2000 euros par jour, 14000 par semaine et près d’un million d’euros par an.
Cette somme était initialement reversée à l’association caritative catholique Caritas. Elle est maintenant regroupée dans un fonds comprenant les sommes récoltées dans toutes les fontaines de Rome et géré par un groupe de travail de la mairie décidant de la destination (projets présentés à la mairie) des sommes récoltées.