Le cerf de Sant’Eustachio

515
Basilique Sant'Eustachio

Le nom Sant’Eustachio évoque beaucoup de choses pour ceux qui connaissent Rome. C’est en effet le nom du Rione VIII, d’une place sur laquelle se trouvent un café/torréfacteur historique de Rome (voir notre article sur les 20 meilleurs cafés de Rome) et une basilique qui arbore à son sommet une tête de cerf sur laquelle est posée une croix.

Le mot rione est utilisé depuis le Moyen Âge pour nommer les quartiers du centre historique de Rome.

Saint-Eustache et la légende du cerf
Placidas était un général romain vivant à l’époque de l’empereur Trajan. Un jour, lors d’une partie de chasse, il traque une harde de cerfs avec ses hommes. Il poursuit le plus grand et plus beau d’entre eux et s’approche de lui pour le tuer.
Alors que le cerf le fixe du regard, une croix apparaît entre ses bois, il se met à lui parler et lui aurait dit : « Placidas, pourquoi me poursuis-tu ? Je suis le Christ que tu honores sans le savoir et je suis venu sous cette forme pour te sauver et, à travers toi, sauver aussi tous les idolâtres ». Placidas, transformé par ce miracle se fait baptiser avec sa famille la nuit même et prend le nom d’Eustathe.
Peu de temps après, des malheurs s’abattent sur lui et sa famille, il perd tout se qu’il a et décide de partir en Egypte.
Ne pouvant payer son voyage, le capitaine du bateau garde son épouse en dédommagement du prix de la traversée et il est contraint de s’enfuir à la nage avec ses deux fils qui furent rapidement happés, un par un loup et l’autre par un lion.
Le temps passe et l’empereur Trajan, menacé par le péril Barbare, fait rechercher Placidas (Eustathe) afin de lui rendre son grade pour qu’il défende le pays.
Après avoir vaincu les Barbares, Eustathe retrouve sa femme (qui s’est échappée des mains du capitaine du bateau) et ses deux fils (sauvés l’un par des laboureurs, l’autre par des bergers) et qui n’étaient autre que ses aides de camp.
Hélas pour Eustathe et sa famille, sa réhabilitation ne dure pas longtemps car Hadrien succède à Trajan. Le nouvel empereur voyant qu’ils refusent d’adorer les idoles les fait jeter en pâture à un lion qui, au lieu de les dévorer, s’allonge à leurs pieds. Hadrien ordonne alors de les mettre dans un taureau d’airain. Les chrétiens en firent des saints car leurs corps sans vie étaient intacts au bout de trois jours.

La basilique Sant’Eustachio
Une première église remonterait à l’époque paléochrétienne. On attribue même la fondation d’un oratoire par l’empereur Constantin, sur le lieu du martyre de Saint-Eustache.
Toutefois, tout indique que l’origine remonte au VIIIème siècle avec une mention en 795 sous le pontificat de Léon III.
L’empereur Constantin Ier aurait fait construire le premier oratoire sur le lieu du martyre.
Le pape Célestin III fit totalement reconstruire l’édifice vers 1195. Le campanile est l’un des rares vestiges de cette église médiévale.
Aux XVIIème et XVIIIème siècle, l’ensemble des structures médiévales furent détruites et reconstruites de 1650 à 1703 par l’architecte Cesare Corvara ainsi que par Giovanni Battista Contini (chapelles latérales et le portique) et Antonio Canevari, Niccolò Salvi et Giovanni Domenico Navone (l’abside et le transept).
Tête de cerf Sant'EustachioLa façade baroque (de Cesare Corvara) est sur deux niveaux, le sommet du fronton triangulaire est décoré avec une tête de cerf, sculpture de Paolo Morelli, avec une croix rappelant la vision qu’aurait eu Eustathe lors d’une battue de chasse et qui fut à l’origine de sa conversion au christianisme.
La basilique abrite en son sein un cercueil qui contiendrait une partie des ossements d’Eustathe et de sa famille.

Saint-Eustache a été le patron des chasseurs jusqu’à la fin du Moyen Âge puis il fut supplanté, surtout en Europe centrale, par Saint-Hubert dont la légende est similaire à la sienne.