Les grandes familles Romaines : les Orsini

2976
Palazzo Orsini

Peut-être moins connue de nos jours mais un incontournable de l’histoire romaine, la famille Orsini est une institution romaine et sa rivalité avec les Colonna, fut la principale des luttes inter-familiales de la ville éternelle.
Préfet de Rome, Gonfalonier de l’église, prince assistant au trône pontifical, grand connétable et grand chancelier du royaume de Naples, les titres des Orsini de manquent pas et résument bien l’influence et le pouvoir de la famille. Pour couronner le tout, ils seront ducs d’Amalfi, de Bracciano, de Gravina et princes de nombreuses cités italiennes. Son nom de famille illustre bien la gloire de la famille « De filiis ursae », « les enfants des ours », qui donna le nom Orsini. Retour donc sur l’histoire de cette famille à Rome, sa contribution à la grandeur de la ville et un petit détour par ces armoiries.

100 % Romains
Contrairement aux autres familles présentées dans cette série, les Orsini sont romains, issus d’une puissante dynastie nommée Boboni né au XIème siècle. La gloire des Orsini commence précocement avec l’élection de Célestin III à la tête de la papauté. Pape de 1191 à 1198, il fut un grand promoteur des croisades en terre sainte auprès des rois et princes chrétiens. La famille obtient pendant son pontificat de nombreux privilèges et de postes importants dans la curie ; ce sera la première forme importante de népotisme parmi les successeurs de Saint-Pierre. Deux neveux du pape sont nommés cardinaux, un autre achète de nombreux domaines et châteaux autour de Rome avec l’accord du Pape. Les Orsini auront également plusieurs branches cadettes en Italie comme les Monterotondo, les Nola, les Pitigliano, ce qui permettra de dominer toute l’Italie centrale.
Les Orsini deviennent alors la plus puissante famille du Lazio en quelques années. Matteo Rosso, dit le grand, devient en quelques années, le chef incontesté de Rome en qualité de sénateur. Plus tard, de nombreux membres de la famille feront de même, participant à l’emprise des Orsini sur Rome. Entre les guelfes et les gibelins, ils choisiront toujours les premiers en se mettant ainsi stratégiquement du côté du pape dans cette querelle de plusieurs siècles. Leur pouvoir inégalé à Rome et notamment dans sa partie nord jusqu’à la Toscane, sera contesté au sud par les Colonna, la famille Romaine des Castelli Romani qui postule également aux postes de sénateurs. On y verra donc à cette époque les prémices d’une division territoriale entre nord et sud de la Ville éternelle, qu’on retrouve aujourd’hui plus socialement (voir notre article Roma-nord vs Roma-sud).

Giovanni Gaetano Orsini
Fin diplomate, ce dernier est un fils de Matteo Rosso, il se destine au monde ecclésiastique et devient cardinal. Fin diplomate, attaché à sa famille, il tente de gérer au mieux ses missions afin d’en faire favoriser les Orsini. Il parvient à éliminer toute puissance gibeline dans le centre de l’Italie, laissant les mains libres aux guelfes et donc aux Orsini. Il est nommé pape en 1277, le second de la famille sous le nom de Niccolo III. Procédant lui aussi au népotisme, il nomme des neveux et des frères cardinaux, mais surtout, donne à sa famille le comté de Romagne beaucoup plus au nord ce qui permet à la famille de se développer dans la partie septentrionale. Pape diplomatique, il remet Rome et la papauté au centre du jeu des relations internationales après des siècles sans influence.

Des siècles auprès de l’Eglise
Les siècles passent et se ressemblent chez les Orsini. Fidèles au pape, ils sont les principaux acteurs du déménagement du Saint-Siège à Avignon au XIVème siècle. Opposés au empereurs germaniques, ils secondent les papes dans leurs combats et s’allient aux Medici lors du mariage de Clarice Orsini avec Lorenzo il Magnifico de Medici. En 1511, le grand conflit Romain entre Colonna et Orsini prend fin avec la pacification orchestrée par Jules II, c’est la fin d’une cruelle guerre de plusieurs siècles entre les deux parties.
Un Orsini revient après 4 siècles d’absence au Vatican avec l’élection de Pietro Francesco qui prend le nom de Benedetto XIII. Fervent croyant, humble, simple, défenseur des pauvres et donc sans grandes ressemblances avec ses aïeux, Pietro Francesco est un pape modèle pour Rome et les Romains. En effet, il développe et embellit Rome en y créant des hôpitaux, rénovant de nombreuses églises et en construisant les escaliers de la Piazza di Spagna.

Blason OrsiniLes armes des Orsini
« Bandé d’argent et de gueules au chef du premier chargé d’une rose du second »
Cette description des armes des Orsini assez incompréhensible est pourtant très simple. Des diagonales blanches et rouges surmontée d’une rose à cinq pétales comportant également 5 piques et comme animal, une anguille bleu ou un ours symbolisant la famille.

Le théâtre de Marcellus
Ce théâtre antique bien connu des romains situé à proximité du Tibre, fut transformé en forteresse puis en palais et racheté par les Orsini en 1712. Ces derniers en feront un magnifique palais au cœur d’un bâtiment antique. Grâce à son utilisation continue jusqu’à aujourd’hui, le théâtre a pu être sauvegardé et fait partie des principaux sites antiques encore debout. Expropriée après la 1ère guerre mondiale, la famille rachète le palais en 2012 et en fait une galerie d’art.

Voir les autres grandes familles romaines :