Les grottes vaticanes et la nécropole papale

894
Tombe Pie XI
Tombe de Pie XI - Crédit photo : Flickr – Elissa

Si l’intérieur de la Basilique Saint-Pierre suscite l’admiration de milliers de visiteurs chaque jour, savez-vous qu’il existe tout un monde souterrain qui recèle nombre de trésors et de mystères ?

La construction de la nécropole papale
Au milieu du XVIème siècle, l’architecte en chef de la Basilique Saint-Pierre, Antonio da Sangallo, décide de surélever de 3,2 mètres le pavement de la nef afin d’augmenter la luminosité à l’intérieur de l’édifice.

Des voûtes soutiennent ce nouveau pavement et forment une série de pièces accessibles, appelées les grottes vaticanes. Ces pièces reprennent les plans de la basilique et vont servir de lieu de sépultures à nombres de papes (148 papes y sont enterrés sur les 265) mais aussi quelques rois et reines.

Attention à ne pas confondre la nécropole papale, appelée aussi grottes du Vatican, avec la nécropole du Vatican, qui abrite des tombes païennes et chrétiennes de l’Antiquité, située encore en-dessous. Il y a donc trois “étages” distincts : la Basilique Saint-Pierre, la nécropole papale et la nécropole du Vatican.

La tombe de saint Pierre
Saint Pierre, un des disciples de Jésus-Christ, est considéré par les chrétiens comme le premier pape, même s’il n’a jamais porté ce titre officiellement. Il meurt en martyr vers 64-70 (la date officielle de l’Église catholique est 67), sous l’ère de Néron et aurait été crucifié la tête en bas à sa requête. Selon la tradition, il aurait demandé cette position par humilité, ne se jugeant pas digne de mourir comme le Christ.

Selon la légende chrétienne, la présence du tombeau de saint Pierre est à l’origine de la construction de la basilique. Des fouilles ont été entreprises dès 1940, à la demande du pape Pie XII. En effet, le prédécesseur de ce dernier, Pie XI, souhaitait être enterré aussi près que possible de saint Pierre. Ces fouilles ont permis de découvrir une inscription en grec traduite par “Pierre est ici”. En 1950, Pie XII annonce la nouvelle à la radio par ses mots “Il a été trouvé le tombeau du Prince des Apôtres”. Quelques années plus tard des ossements sont retrouvés dans une cachette aménagée. Bien que rien ne permet de prouver que la dépouille est celle de saint Pierre, le pape Paul VI annonce qu’il s’agit en toute probabilité des restes de ce dernier. Les papes successifs appuieront cette hypothèse et en 2013, l’ostentation d’os du saint a lieu publiquement pour la première fois lors d’une messe célébrée par le pape François.

Ainsi, pour l’Église catholique, saint Pierre repose officiellement sous la Basilique, même si aucune preuve scientifique indiscutable ne permet d’étayer cette hypothèse.

Les autres papes
Les grottes vaticanes abritent la dépouille de saint Pierre ainsi que de 147 autres souverains pontifes, dont le dernier est Jean-Paul II.

Leurs tombes sont souvent richement décorées d’œuvres d’art et font des grottes du Vatican un lieu important d’un point de vue historique mais aussi artistique. Parmi les œuvres majeures, on trouve le tombeau de Boniface VIIIl par Arnolfo di Cambio ou encore celui de Sixte IV par Antonio Pollaiuolo.

Aujourd’hui, il est possible de visiter les grottes vaticanes tous les jours et l’entrée se fait par le portique de la Basilique. Concernant la tombe de saint Pierre (ainsi que la nécropole du Vatican), il faut s’adresser au Bureau des Fouilles (coordonnées : scavi@fsp.va ou + 39 06 69 88 53 18. On peut s’y rendre directement car le Bureau est situé à l’entrée sud, juste en dehors de la place Saint-Pierre) car les accès sont limités et coûtent 13€.