Nouvel ambassadeur de France près le Saint-Siège

1714
Ambassade Saint-Siège
Ambassade Saint-Siège

Philippe Zeller deviendra début juin, le nouvel ambassadeur de France auprès du Vatican, après 15 mois de blocage entre la France et le Saint-Siège.

La Villa Bonaparte
L’ambassade de France près le Saint-Siège existe depuis 1467 et a occupé plusieurs sites : le palais Madame (l’actuel Sénat italien), le Palais de Carolis, le Palais Colonna, le Palais Primoli, puis le Palais Taverna avant de s’établir en 1950 dans la Villa Bonaparte (Via Piave).
Cette très belle demeure a été construite en 1750 pour le cardinal Silvio Valenti Gonzaga, secrétaire d’État du pape Benoît XIV, où il a notamment abrité 832 toiles de maîtres.
Elle est acquise par Pauline Bonaparte (épouse du prince Camille Borghèse) en 1803 puis vendue à la Prusse en 1906 où elle servit d’ambassade d’Allemagne près le Saint-Siège de 1920 à 1944.
C’est Jacques Maritain, nommé en 1945 qui l’achète au nom de la France pour devenir le siège de l’ambassade.

Une ambassade près le Saint-Siège, à quoi ça sert  ?
L’ambassade de France près le Saint-Siège est la représentation diplomatique de la République française près le Saint-Siège.
De part son maillage dans le monde entier, les ambassades trouvent au Vatican des informations nourries sur d’autres pays.
D’autre part, le Saint-Siège n’est pas seulement un lieu d’informations et d’analyses. Ses positions sur, par exemple, sa reconnaissance du génocide arménien ou de l’État palestinien, son soutien à la négociation sur le climat à Paris (COP21), ses appels en faveur des réfugiés, son rôle dans le rapprochement entre les États-Unis et Cuba sont des actions qui doivent être décryptées par toute ambassade près le Saint-Siège.
Les rapports entre l’Église catholique et l’État se jouent en partie à la Villa Bonaparte, qui accueille régulièrement des groupes de pèlerins, des délégations et autres événements.
L’ambassade française près le Saint-Siège est la seule à Rome à être dotée d’un institut culturel propre, le Centre Saint-Louis dont le but initial est de faire connaître la pensée française, notamment en théologie.
Autre particularité de l’ambassade près le Saint-Siège, elle préside de droit les Pieux établissements de la France à Rome et à Lorette. Cette fondation privée dispose d’un parc immobilier de 13 immeubles dans Rome qui lui offre des revenus pour sa mission première entretenir les communautés catholiques des cinq églises françaises à Rome.

Philippe Zeller
Philippe Zeller

Philippe Zeller
Né le 3 octobre 1952, il est diplômé de l’École des Hautes Études Commerciales (1974) et ancien élève de l’École Nationale d’Administration, promotion « Pierre Mendès-France » (1978).
Philippe Zeller a fait l’essentiel de sa carrière au sein du MAE (Ministère des Affaires Étrangères) excepté entre 1988 et 1992 où il a fait un passage au cabinet d’Hubert Curien, alors ministre de la recherche et entre 1997 et 2000 où il a été préfet de l’Ariège.
Il a été nommé en conseil des ministres le 6 avril, l’agrément à sa nomination a été donné en trois semaines par le Saint-Siège et sa nomination a été rendue publique le 12 mai.