Points de vues panoramiques de Rome : les incontournables

2505
Pincio

Découvrez trois points de vues panoramiques incontournables d’où admirer toutes les splendeurs de la Ville éternelle.

Le Pincio
pincio
Perché au-dessus de la Piazza del Popolo, le Pincio est sans doute le belvédère le plus apprécié des Romains et des vacanciers qui y découvrent une belle vue dégagée sur la Piazza del Popolo, la coupole de l’église Saint Pierre et sur la colline du Janicule.
L’aspect actuel de la Piazza del Popolo et de la colline du Pincio s’inspire d’un dessin de Giuseppe Valadier soumis d’abord à l’administration napoléonienne mais édifié plus tard, lors de la Restauration entre 1814 et 1834. L’édifice qui s’impose à l’ouest de la terrasse panoramique est appelé Casina Valadier. C’était avant cette restructuration un couvent, il abrita ensuite comme c’est encore le cas aujourd’hui un café-restaurant renommé.
Du Pincio sont organisés des spectacles pyrotechniques notamment la Girandola (voir l’article Fête du 29 juin : Feux d’artifice au Pincio).
L’accès le plus direct consiste à monter les escaliers qui longent le côté oriental de l’église Santa Maria del Popolo et de continuer par un chemin sinueux non goudronné. Autres accès possible plus à l’est par une route piétonne aménagée ou par l’intérieur des jardins de la Villa Borghèse.

Le Janicule
Phare du Janicule
A l’extrême opposé du Pincio, le belvédère de la colline du Janicule est le rendez-vous des amoureux par excellence. En conséquence, il est très fréquenté par les couples dès le coucher du soleil et parfois jusqu’au petit matin.
Vue à 180° degrés sur les principaux monuments du centre historique.
On peut y accéder par le quartier du Trastevere, en montant des rues tortueuses et escarpées qui mènent d’abord à une place où l’on peut voir le charmant petit temple de Bramante. La rue se prolonge sur une place où domine une grande fontaine (« Fontanone ») et déjà à cette hauteur on découvre une belle terrasse panoramique. Encore un peu plus haut, sur la droite commence le boulevard ombragé qui mène au belvédère du Janicule à proprement parler. Sur la place domine la statue équestre de Giuseppe Garibaldi, héros du Risorgimento et plus loin en direction du phare sont réparties 84 bustes d’hommes qui se sont battus à ses côtés pour l’unité de l’Italie. En poursuivant la route qui descend appelée « passeggiata del Gianicolo » vous arriverez à hauteur des rives du Tibre (Lungotevere Gianicolense).

Autres curiosités :
– Le canon : tous les jours un coup détonne à midi pile permettant ainsi aux cloches des églises de la ville éternelle de tinter à l’unisson.
– Le phare : il a été donné à la ville de Rome par les Italiens d’Argentine pour célébrer le cinquantenaire de l’unité d’Italie. Il est haut de vingt mètres et ne fonctionne que lors de célébrations commémoratives.
– Si vous entendez des gens crier entre leurs mains, ne vous en étonnez pas trop, ce sont des proches des détenus de la prison Regina Coeli située plus bas, qui cherchent à communiquer à distance, le vent aidant à porter les messages.
– Le Janicule est aussi l’un des meilleurs endroits pour voir dans le ciel le spectacle impressionnant de la danse des étourneaux (voir l’article : Les étourneaux à l’attaque des ballets dans le ciel romain)

Le Jardin des orangers
Giardino degli aranci
Aussi appelé Parco Savello mais plus connu comme le Jardin des orangers il se présente comme une terrasse panoramique offrant une vue plongeante sur le Tibre et d’où l’on voit principalement le Janicule et le dôme de l’église Saint-Pierre.
Ce jardin restauré en avril 2016 grâce à des fonds privés (voir l’article Des mécènes sauvent le jardin des orangers) est l’un des endroits préférés des Romains pour une balade dominicale. Chaque premier week-end de septembre, la compagnie théâtrale Abraxa Teatro avec la contribution de Roma Capitale organise un festival international de théâtre urbain à l’intérieur du jardin.

Autres curiosités :
– La roseraie municipale : Avant même de monter en direction du jardin des orangers, arrêtez-vous admirer le panorama de la via del Circo Massimo et traversez le magnifique jardin de roses (ouvert d’avril à juin).
– Le trou de la serrure du Prieuré des Chevaliers de Malte : Suivez la file de curieux, vous découvrirez avec surprise un jeu de perspectives très impressionnant vous permettant de voir la Coupole de Saint-Pierre.
– L’épicerie bénédictine : Produits alimentaires et cosmétiques réalisés dans les établissements monastiques du monde entier en vente dans le petit magasin de l’abbaye Sant’Anselmo.