Colloque : Les enfants de Caïn – Villa Medici

L’un des mythes fondateurs de la culture judéo-chrétienne est un fratricide : le meurtre d’Abel par Caïn. A partir de ce passage de la Genèse (4, 3-8), R. Badinter considère que « le crime est consubstantiel à l’être humain [et que] tout meurtrier est le fils de Caïn » (Crime et châtiment, Musée d’Orsay, 2010, p. 17). Pourtant, Caïn ne constitue que l’un des multiples visages du criminel, c’est-à-dire de celui qui ne respecte pas les règles, ni divines, ni morales, ni surtout législatives. Organisé conjointement par l’Académie de France à Rome – Villa Médicis en regard de l’exposition Les Bas-fonds du baroque. La Rome du vice et de la misère et le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance à Tours, ce colloque se propose de faire le point sur les modalités de la représentation de cette figure aux contours encore flous. Plus d’informations sur le site www.villamedici.it.