Rome : Festa della Donna 2017

315
Mimosa journee femme 2017

Le 8 mars, comme chaque année depuis 1977 et son institutionnalisation par l’ONU, sera célébrée la journée internationale des femmes. Il y a 40 ans, les Nations Unies ont en effet invité tous les pays de la planète à organiser une journée pour les droits des femmes, pour leur émancipation et pour l’égalité. Il s’agit alors habituellement de faire un bilan annuel de la situation, de pointer le travail accompli mais aussi des luttes à réaliser afin de mettre fin aux inégalités hommes-femmes.

Pourquoi le 8 Mars
L’événement annuel fait référence à une manifestation d’ouvrières à Petrograd (Saint Pétersbourg) le 8 mars 1917, en pleine 1ère guerre mondiale, pour réclamer du pain et le retour de leur mari du front. Cet épisode marquera le début de la révolution russe et sera repris par les mouvements féministes dans les années 70 comme date symbole de la lutte pour l’émancipation des femmes.

Chaque année, les organisateurs proposent d’aborder les droits des femmes autour d’une problématique particulière. Le thème de cette 40ème édition sera « les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50-50 d’ici 2030 », domaine où l’Italie a encore beaucoup à faire. En effet, selon le Gender Gap Report 2016, dans la péninsule, le salaire des femmes est encore inférieur de 10.9 % à celui des hommes et la participation des femmes au marché du travail est beaucoup plus faible que dans les autres pays européens.

Le 8 mars les Romains s’échangeront des brins de mimosas, devenu symbole de la journée de la femme en Italie depuis 1945. Les femmes auront accès gratuitement aux musées nationaux et aux sites archéologiques. Pendant toute la journée (et même la nuit), de nombreux évènements viendront ponctuer cette journée, concerts, DJ, expositions, spa, etc…
Plus d’informations sur les manifestations prévues à Rome dans les articles de RomaToday et de La Repubblica

En marge de la journée, une association féministe « Non Una di Meno », critique le côté consumériste de l’événement, lance un appel à la grève générale soutenu par plusieurs syndicats dans la fonction publique et particulièrement dans les transports pour dénoncer les violences faites aux femmes et les inégalités hommes-femmes.