Les GAS, pour une économie sociale et solidaire à Rome

60
FdM-adfe GAS

Qu’est-ce qu’un GAS
L’Italie, comme le reste de l’Europe, est en proie à une profonde mutation de son système de consommation alimentaire. Il n’est pas encore ici question de révolution mais les premiers signes de changement se font sentir. L’économie sociale et solidaire propose une nouvelle manière de consommer ancrée sur le local et sur le respect de l’environnement. En Italie et à Rome, cela passe par les GAS (Gruppo di acquisto solidale) qui sont les fers de lance du mouvement.
Ce sont des coopératives d’achats groupées, autonomes, qui vont s’allier avec des producteurs et assurer ainsi un approvisionnement de qualité et un revenu décent pour l’agriculteur. Il s’agit ainsi de supprimer l’intermédiaire et de réduire les distances de transports. Les aliments doivent être de qualités et sont contrôlés directement par les consommateurs. L’objectif est également de tendre vers la « socialisation de la consommation critique », c’est-à-dire aller plus loin que le simple échange marchand en créant du vrai lien social entre les consommateurs mais aussi avec les agriculteurs. Enfin il s’agit de rendre la consommation d’aliments de qualités accessible à tous les budgets.

Comment cela fonctionne
Un GAS se forme autour de quelques individus qui vont s’entendre pour proposer à un groupe de consommateurs des produits issus des fermes voisines. Depuis la loi de 2008, les GAS sont exonérés d’impôts sur leurs activités considérées comme non-commerciales, c’est-à-dire, le travail d’approvisionnement, de stockage et de distribution que vont faire chacun à leur tour les consommateurs. Il s’agit ainsi de donner de son temps régulièrement pour que la communauté existe et ainsi supprimer tout intermédiaire. Les groupes sont en général composés de 20 à 30 foyers, chiffre relativement faible, mais qui permet une certaine liberté d’organisation et une plus grande souplesse.
Il est également important de souligner que toute inscription à un GAS ne signifie pas de s’engager chaque semaine à acheter telle ou telle chose. En réalité, l’individu choisit ce qu’il souhaite pour la semaine suivante.
Se développe également la vente de biens non-alimentaires comme des services via le réseau national de l’économie solidaire (Assurance Auto par exemple), la fourniture énergétique ou les produits ménagers.

A Rome
D’abord essentiellement implantés dans le Nord de l’Italie, les GAS se démocratisent maintenant dans le reste du pays et notamment à Rome. La Rete Gas Lazio regroupe les différents groupes d’acquisitions collectifs de la région.

Voici une sélection parmi les principaux GAS de Rome :
Associazione Equologica : Via Prato della Crote, 1602/a – 00123 Rome

Gab verde cereco : Via Giulio Antamoro, 53 – 00139 Rome

Gaos : Via del Trullo, 454 – 00148  Rome
Gaos Prati : Via G. Avezzana, 8 – 00195 Rome

Gap Bio XV : Via Orciano Pisano, 3 – 00148 Rome

GasOtto : Largo Ferruccio Mengaroni, 11 – 00133 Rome

Kalulu : Via della Domus Aurea 1 – 00184 Rome

Zolle : Via Giuseppe Belluzzo 55 – 00149 Rome

Ce sujet d’article a été proposé par Maria Ghezzi, notre gagnante du jeu concours Facebook : Fan du mois de décembre (Tout savoir sur les 2 jeux concours ROME Pratique).
Merci à Michèle Lombardo qui nous a aidés dans la rédaction de cet article.