Retake Roma : Rendre sa beauté à la Ville Eternelle

309
Retake Roma

A Rome, on pourrait presque parler d’externalisation du service de nettoyage urbain.
Alors que la municipalité peine parfois à gérer le flux d’ordures des Romains et par moments à assurer la salubrité publique, des collectifs de citoyens s’organisent pour compenser ces manques de la mairie.

Dans certains quartiers de la Ville éternelle, on constate en effet la présence de déchets, de murs tagués, de rues sales, de poubelles qui débordent et rien ne semble pouvoir changer malgré l’arrivée du nouveau maire du Mouvement 5 étoiles, Virginia Raggi.
Une page Facebook nommée Roma Fa Schifo (Rome est immonde) fait fureur sur les réseaux sociaux. Elle diffuse de nombreuses photos de citoyens, exaspérés par la saleté présente dans la ville. Leur slogan, très critique de la gestion municipale résume leur mécontentement : Chi ha ridotto così la città più bella del mondo ? (Qui a réduit ainsi la ville la plus belle du monde ?).

Retake Roma
Face aux manquements de la municipalité et à l’absence de réelle politique ambitieuse, le collectif Retake Roma a décidé de s’emparer du problème en organisant des journées de nettoyage à travers la ville. L’objectif est également d’embellir la ville en y installant des œuvres d’art (Street Art) en faisant appel à des artistes. Progressivement, des sous-groupes se sont créés par quartier, qui décident eux-mêmes de consacrer telle journée à nettoyer telle zone. L’objectif est également de sensibiliser la population à la propreté, au respect de l’espace public.
Ces réflexes s’apprenant au plus jeune âge, l’association invite des classes scolaires à participer à des demi-journées de nettoyage afin de transmettre aux enfants ces valeurs de respect. Les organisateurs le disent-eux même « un enfant ne veut pas salir un endroit qu’il a déjà nettoyé auparavant ».

C’est également un appel du pied à la municipalité pour signifier que les citoyens romains sont prêts à évoluer et qu’en arriver à ce que des habitants doivent s’impliquer directement pour nettoyer leurs rues n’est pas digne d’une capitale d’un pays développé. Ils attendent maintenant un réel investissement des politiques. 

Afin de faire bouger les choses, des personnalités participent aux journées Retake. L’Ambassadrice de France à Rome, Catherine Colonna, s’est ainsi associée en 2015 à la journée Retake autour du Palais Farnèse.

Si vous voulez vous engager, l’association vous accueille les bras ouverts, il suffit de les contacter en choisissant votre quartier.