Rome : Où et comment trouver les meilleurs glaciers

2280
glace au pantheon

Que vous soyez touriste ou résident à Rome, un des plaisirs quasi quotidiens dans cette ville (en dehors de la vue des monuments antiques), est de déguster une bonne glace (en été comme en hiver) ou une des spécialités glacées qui apparaissent aux grosses chaleurs.

Nous allons donc vous présenter les spécialités glacées que l’on trouve à Rome, quelques conseils pour sélectionner une bonne glace et des adresses d’artisans glaciers parmi les meilleurs de Rome, à vous de choisir ensuite la spécialité ou l’artisan que vous préférez.

GelatiLes gelati

Si vous aimez les glaces (gelati) ou crèmes glacées, en franchissant le pas de porte d’une bonne gelateria artigianale, vous oublierez celles qui ont fait la joie de votre enfance. Profitez de l’occasion pour redécouvrir des goûts qui ont pu vous laisser un mauvais souvenir (comme la pistache) et régalez-vous.

-> Dix conseils pour sélectionner un glacier
1 – Ordre et propreté du magasin et de ceux qui y travaillent sont des éléments fondamentaux mais qui ne suffisent pas à identifier un produit de qualité.
2 – Le design du magasin ou des éléments marketing (comme le chocolat liquide) et les déclarations d’authenticité, d’artisanat et bio ne sont également pas des facteurs déterminants.
3 – Le laboratoire visible signifie la transparence, et donne également des indications sur les cadences de production et les matières premières.

D’autre part, comparez la taille du laboratoire par rapport au nombre de parfums proposés. Certains glaciers vous proposant 50 voire 100 goûts et pour la plupart, à base de produits hors saison.
4 – Méfiez-vous des couleurs non naturelles et de la glace qui dépasse beaucoup des vasques.
5 – Trop clair ou trop opaque sont deux extrêmes qui révèlent la présence d’additifs, de graisse ou d’excès d’eau.
6 – Pour tester la qualité du magasin, choisissez une glace avec des fruits de saison et sans garniture.
7 – Les bases utilisées ne sont pas nécessairement mauvaises, mais elles sont toujours un raccourci. Leur qualité dépend de qui les fait et comment, si elles sont industrielles, artisanales, fabriquées par le même fabricant de crème glacée. Idem pour les pâtes de pistaches, noisettes et autres noix.
Mais le reste des matières premières doivent être frais et de bonne qualité, en commençant par le lait.
8 – Lorsque vous mangez une glace, prenez en compte le volume, la température, la texture, le goût persistant, les sensations de graisse ou de bouche sèche. Attention à la sensation qui reste après avoir mangé de la crème glacée, elle doit être agréable (pas trop sucré ni trop lacté).
9 – Si vous percevez des cristaux à la dégustation, c’est que la glace est mal faite ou mal conservée.
10 – La crème glacée devrait vous donner une émotion, comme tout ce que vous mangez.

GraniteLe granite
Ce mélange de sirop et de glace pilée est préparé mécaniquement dans des appareils à granité. Ce qui fera votre bonheur sera le choix de parfums que l’on vous proposera, en dehors des classiques menthe ou citron. Vous les trouverez dans les bars, les kiosques ou en bord de plage. Pour vous désaltérer, il ne doit pas être trop sucré.

CremolatoLe cremolato
Cette spécialité glacée est bien connue des Romains et notamment dans le quartier Trieste. Son nom peut vous induire en erreur car il ne contient ni crème, ni lait, seulement des fruits, du sucre et de la glace pilée. Le secret de ce mélange réside dans le parfait équilibre entre le fruit partiellement broyé et le sucre qui apporte douceur et fraîcheur. Il peut se déguster avec un peu de panna (crème fouettée légèrement sucrée) et il est uniquement fabriqué à partir de fruits de saison (figue, mûre, fraise, melon, citron, framboise, pêche, amande, café, marron, …). Vous le trouverez donc également en hiver.

GrattacheccaLa grattachecca
C’est la version noble et tellement romaine du granité. La Grattachecca est née au 19ème siècle à Rome, période où se sont multipliés les kiosques à grattachecca. Son appellation vient des mots grattare et checca. La checca est un gros bloc de glace qu’on utilisait quand il n’y avait pas de réfrigérateur et à partir duquel on récupérait (avec un grattacheccaro) de la glace en morceaux qui permettait de remplir un verre. Aujourd’hui, le bloc de glace est encore broyé ou gratté manuellement. Le Grattacheccaro prépare à la demande votre grattachecca et ajoute alors au gré de vos envies, un ou plusieurs sirops (citron, mandarine, menthe, coco, amarena, orgeat, …) ou jus de fruits et des fruits en morceaux (coco, cédrat, fruits rouges, banane, pêche, pomme, …).
Certains kiosques de la Capitale ont une histoire centenaire. Chaque kiosque vous séduira avec sa ou ses versions propres de Grattachecca. Laissez-vous tenter ! C’est sucré, copieux (remplace un dessert) et avec toutes les combinaisons offertes, il serait dommage de n’y goûter qu’une seule fois !

Vous serez surpris de devoir faire plus d’une demi-heure de queue à minuit dans une rue peu fréquentée du quartier Prati afin d’obtenir votre Grattachecca chez Sora Maria. Cette dame aujourd’hui décédée avait ouvert son kiosque en 1933. Il est tenu aujourd’hui par ses descendants.

Suivez-nous

2,585FansJ'aime
186SuiveursSuivre
178SuiveursSuivre
Booking.com