Balades nocturnes avec les lucioles

2798
Lucioles dans un parc

Entre juin et début juillet, dans certaines zones naturelles comme les parcs, même proches de la ville, on peut observer les coléoptères les plus curieux et les plus extraordinaires : les lucioles.

Observer la lueur des lucioles en plein vol est un phénomène qui réveille en chacun de nous des souvenirs de contes de fées et de bois enchantés…. Ces minuscules lumières volantes qui s’allument soudainement et se déplacent lentement dans la nuit noire brillent comme de petites bougies dans les mains d’elfes invisibles.

Elles avaient complètement disparu il y a quelques années. Pierpaolo Pasolini, le célèbre écrivain et cinéaste, s’en plaignait d’ailleurs ouvertement dans un article du Corriere della Sera en février 1975. Leur disparition était un triste signe de la dégradation de l’environnement.

Mais depuis, elles sont revenues et nous nous en réjouissons ! Elle sont toujours pour les enfants une découverte enchanteresse et les adultes aussi s’émerveillent du spectacle qu’elles donnent.

Si vous êtes à Rome à cette période, profitez-en pour faire une balade nocturne en famille au parc de la Caffarella par exemple et si vous avez de la chance, la nuit scintillera devant vos yeux.

Des visites guidées nocturnes peuvent être organisées par les associations du Parc della Caffarella ou du Parco Regionale dell’Appia Antica.

De quelle espèce font partie les lucioles ?

Les lucioles sont des insectes qui avec les Lampiridae forment une famille qui regroupe plus de 2 000 espèces connues de coléoptères produisant presque tous de la lumière.

En Italie, il y a 2 espèces, Lampyris noctiluca et Lampyris italica.

Chez les nocticula, il y a des différences entre le mâle et la femelle, seul le mâle vole alors que la femelle n’a pas d’ailes et a une apparence de larve.
Chez la Lucciola italica, en revanche, le mâle et la femelle sont très semblables, tous deux volent.

Comment les lucioles produisent-elles de la lumière ?

C’est une réaction chimique qui génère la lumière : l’oxygène absorbé se combine avec la luciférine (une protéine) et la luciférase (une enzyme), présentes dans leur organisme.

Comment distinguer le mâle de la femelle ?

Chez la femelle, la lumière est presque fixe, même pendant des heures, tandis que chez le mâle, elle est intermittente.

La lumière est essentielle à la survie de l’espèce et sert à rapprocher les mâles et les femelles. Mais en même temps, elle dissuade les prédateurs car la lumière leur fait comprendre que le corps de la luciole contient des substances peu appétissantes.